Comment choisir un sextant ?
 


1 - "Plastique" ou métallique ?

Quel que soit le modèle, les erreurs des sextants métalliques peuvent être considérées comme négligeables par rapport à toutes les autres erreurs que l'observateur ne peut éviter (réfraction, imprécision de l'horizon, arrondis dans les calculs...). On estime que l'observateur le plus expérimenté utilisant le meilleur sextant ne peut prétendre, même dans d'excellentes conditions, à une précision moyenne supérieure à 1' d'arc (1 mille nautique). Aussi il est inutile d'accorder une importance exagérée aux mesures de précision données par les fabricants car elles sont très théoriques et mesurées en laboratoire sur des bancs optiques à laser, dans des conditions optimales qui n'ont rien à voir avec la réalité. Votre choix devra alors être guidé par d'autres critères : le poids, les caractéristiques des miroirs, les accessoires, voire l'esthétique...

Les sextants en "plastique" permettent en général une précision de l'ordre de 5'. Cela est suffisant en navigation hauturière et pour l'entraînement, mais peut se révéler un peu juste pour un aterrissage précis. De plus, un sextant plastique nécessite des contrôles et des règlages plus fréquents qu'un modèle métallique.


2 - Le rayon du limbe

Un limbe de grand rayon (>160mm) permettra une lecture plus facile sur un sextant plus encombrant.
Alors qu'un limbe de petit rayon (<160mm) donnera un sextant plus compact, plus maniable, mais de lecture peut-être un peu plus ardue.


3 - Poids

Deux écoles s'affrontent. Ceux qui préfèrent un sextant plutôt lourd (>1,4kg, chassis en laiton) car assurant une meilleure stabilité et donc une plus grande précision des mesures, et ceux qui préfèrent un modèle léger (chassis en aluminium) car même 1 kg à bout de bras, ça finit par peser.

Notez cependant qu'avec l'expérience et l'habitude, on parvient à prendre une mesure de plus en plus rapidement, et donc à réduire la fatigue.


4 - Lunettes

Tous les sextants sont en général livrés en standard avec une lunette de 3.5 (ou 4) x 40. Il faut reconnaître que ce type d'objectif convient parfaitement pour la plupart des utilisateurs.

Le 1er chiffre (3.5 ou 4) indique le coefficient de grossissement de la lunette.
Le 2ème chiffre (40) indique le diamètre de l'objectif. Plus ce chiffre est élevé, plus la lunette est lumineuse.
En général, si on augmente l'un des deux chiffres, on doit diminuer l'autre pour que la lunette reste d'un prix raisonnable.


Une lunette avec un faible grossissement convient parfaitement pour les étoiles car, pour les étoiles, le grossissement est inutile. Certains utilisateurs optent même, dans ce cas, pour un tube vide sans lentille permettant une visée les deux yeux ouverts ( aucun grossissement, luminosité maxi.)
Une lunette avec un plus fort grossissement (6 ou 7) conviendrait plus à l'observation du soleil, pour laquelle trop de luminosité serait presque un défaut, ou pour l'usage du sextant en vue de terre, où une bonne perception des détails de la côte est nécessaire.

Voir ici une information à propos des lunettes de sextants


5 - Miroirs

Miroirs d'index : La dimension des miroirs est directement liée à la qualité du sextant. En effet, les miroirs de grandes dimensions de bonne qualité sont plus coûteux à fabriquer, mais assurent une luminosité supérieure et une plus grande facilité de visée.

Miroirs d'horizon : Beaucoup de fabricants proposent le choix entre "miroir traditionnel" et "miroir plein champ".

Le miroir traditionnel est divisé en deux parties l'une réfléchissante, l'autre transparente. Il permet théoriquement de bénéficier d'une meilleure luminosité mais est plus difficile à utiliser car il faut maintenir l'astre sur un miroir assez étroit.
Le miroir plein champ est une évolution récente des sextants. Il utilise le principe du miroir sans tain. Il permet incontestablement une visée plus facile puisque la surface du miroir est entièrement utilisée pour garder l'astre, et même si sa luminosité est très légèrement inférieure à celle du miroir traditionnel, cela n'est un défaut que dans de rares cas extrèmes (très petites étoiles, horizon brumeux...)
Notre conseil : Si vous n'avez pas déjà l'habitude de l'un ou l'autre type de miroir et que vous hésitez, nous vous conseillons d'opter pour le "Plein champ". Sa facilité d'utilisation est réellement un avantage pour les débutants.


6 - Eclairage

Certains modèles de sextants sont équipés en standard d'un système d'éclairage à pile permettant de lire les graduations du limbe et du tambour dans l'obscurité de la nuit. Parfois il s'agit d'un équipement optionnel.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la présence ou l'absence d'un système d'éclairage ne doit pas être un critère décisif dans le choix d'un sextant. En effet la très grande majorité des mesures se fait de jour, sur le soleil. Dans ce cas, la présence des piles alourdit inutilement l'appareil. Quant aux rares mesures de nuit, elles peuvent être lues grâce à une lampe de poche.


7 - Accessoires

La gamme d'accessoires disponibles pour chaque modèle est variable. Si, dans bien des cas, ces accessoires sont inutiles pour une utilisation standard, vous serez peut-être intéressé par certaines particularités mises ainsi à votre disposition.
En particulier les accessoires optiques (filtres polarisants, astigmatiseurs...) peuvent être d'un intèrêt indiscutable et apporter un réel "plus" à votre sextant.

En tout état de cause, nous pouvons vous aider et vous conseiller dans votre choix. N'hésitez pas à nous contacter.

e-mail : infos@navastro.fr
Tél : +33 (0) 534 571 349
Fax : +33 (0) 956 134 229
Portable : 06.06.67.04.18